Abu Dhabi (E.A.U)

Aujourd’hui, c’est une immense ville moderne, étincelante et soignée. Quarante ans plus tôt, ce n’était qu’un pauvre petit village de pêcheurs de poissons et de perles. On a peine à l’imaginer. Abu Dhabi n’est peut-être pas la ville la plus amusante du Golfe. Cependant elle ne manque pas d’un certain caractère, quoi qu’en disent ses détracteurs. Fondée en 1761, Abu Dhabi est devenu la résidence de la famille régnante Al-Nahayn quand elle a quitté Liwa en 1793. Après avoir été un centre de la pêche aux perles relativement prospère au XIXe siècle, l’agglomération a sombré dans la misère avec l’effondrement de l’activité perlière. Dans les années 1930, l’émirat d’Abu Dhabi a accordé des concessions pétrolières pour tenter de survivre. Trente ans plus tard, les revenus du pétrole ont commencé à affluer. Banques et boutiques ont bientôt remplacé les cabanes de roseau et de terre. L’agglomération s’est tellement étendue qu’elle occupe aujourd’hui quasiment toute l’île d’Abu Dhabi, qui dessine une forme de T au centre du littoral nord des EAU. Abu Dhabi, de loin le plus riche, est aussi le plus important des sept émirats sur le plan politique.

Le palais Al-Hosn, connu sous le nom de Vieux Fort (Old Fort) ou Fort blanc (White Fort), est l’un des rares édifices de la ville à dater de plus de 30 ans. C’est dire à quel point Abu Dhabi est une ville moderne. Ce fort aux murs peints à la chaux, avec sa jolie cour intérieure et sa grande porte ornée, contraste étrangement avec les gratte-ciel qui l’entourent. Il fut construit à l’origine par le premier souverain de la dynastie des Al-Nahyan. Puis remplacé par la construction actuelle à la fin du XIXe siècle. Aujourd’hui, restauré et modernisé, il abrite un centre de documentation.

À côté, la Fondation culturelle offre beaucoup plus d’intérêt à l’intérieur que ne le laisserait supposer l’aspect extérieur anonyme de l’édifice. Il abrite avant tout une bibliothèque et un centre de documentation et de recherche, mais souvent aussi des expositions sur l’histoire locale, l’art islamique et les vieux manuscrits. Il existe aussi un Centre d’artisanat féminin (Women’s Craft Center), à environ 5 km au sud d’Abu Dhabi, qui expose et qui vend notamment des tissages traditionnels.

Pour avoir une petite idée de la couleur locale, allez vous promener du côté du dock des dhows et du marché aux poissons, au nord-est de la ville. Il y règne une certaine animation, même si elle n’a rien à voir avec celle du front de mer de Dubaï. Mais il y a une belle vue sur la ville et un excellent restaurant de poissons. Le vieux souk, sur le front de mer nord de la ville, abrite un petit marché de l’or et quantité de vendeurs d’articles pour la maison. Mais il est prévu de le remplacer par un marché moderne.

Les hôtels bon marché n’existent pas à Abu Dhabi. Quant à la vie nocturne, elle manque d’animation.